Les Fantômes d'Hayiti

Parti le 12 janvier 2011 en Haïti, mon but était de témoigner de la situation réelle du pays un an après le séisme du 12 janvier 2010. Je voulais rendre compte de l'impact de la catastrophe sur le pays. J'ai logé chez l'habitant, dans une famille de 8 personnes, dans le ghetto de Martissant à Port-au-Prince, pour être plus proche de la population.

Dans les camps de la capitale, au grés des rencontres, j'ai réalisé une série de portraits d'Haïtiens qui ont perdu famille, amis, maison ou encore travail. Je les ai interviewés en leur posant plusieurs questions sur leur vie au quotidien, leur passions, leurs visions de l'avenir, leurs rêves.

Pour montrer l'ampleur de la situation, j'ai réalisé une série de surimpressions de ces portraits avec des textures des maisons effondrées (peintures, bois, agglo, béton, poussière...) qui sont celles de ces haïtiens devenus les fantômes d'Haïti. Cela accentue les peurs, la souffrance, les angoisses, l'insécurité qui règnent dans les camps, villes et ghettos. Elles montrent un autre pays, une autre Haïti, modifiée à jamais. Brûlée, pillée, effondrée, ravagée, dévastée.

Les fissures présentes dans les images partent du ciel pour arriver au centre de la terre, comme dans la croyance vodou avec le poteau mitan présent dans le péristyle. Selon certains haïtiens, le séisme Goudou-Goudou serait arrivé parce que le peuple n'aurait pas assez fait d'offrandes aux Dieux. Comme si la religion vodou disparaissait en Haïti.

Ce poteau désigne l'axe vertical indiquant la communion avec les esprits, avec les morts et les dieux, les «loas». Les vodouisants dansent autour comme s'ils voulaient se racheter...

Pour moi, ma démarche est une façon d'essayer de comprendre ce qu'ils ont vécu, de rendre hommage à tous ces disparus pour ne pas oublier ce qu'ils vivent.

Pour eux, ce fut l'apocalypse.

Voir le portfolio


Copyright © 2009 Grimaud Frédéric - Tous droits réservés - SIRET 498 133 768 00024